Enregistrez Vous!  
Menu
· Accueil
· Articles / Dossiers
· Forum Musculation
· Gallerie Photo
· L'encyclopédie
· Soumettre un Article
· Top 10 des articles
· Votre Compte
 
Qui est en ligne
Il y a pour le moment 0 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.
 
Recherche


 
Testost?rone, anabolisants etc...
En savoir plus...



IMPORTANCE ET FONCTION DE LA TESTOST?RONE
La testost?rone ?tant ? la base de la majorit? des anabolisants st?ro?diens ? composante androg?nique, tout athl?te devrait en effet disposer d'un minimum de connaissances ? ce sujet. La plus grande partie des indications relatives ? la testost?rone apparaissant dans ce chapitre sont ?galement applicables, en les adaptant aux anabolisants st?ro?diens ? composante androg?nique. 


La testost?rone est le plus important repr?sentant de l'hormone sexuelle masculine, que l'on appelle ?galement androg?ne. A la base de la formation de ce groupe d'hormones se trouve le cholest?rol. La production des androg?nes s?op?re dans les glandes g?nitales de l'homme des testicules) gr?ce aux cellules de Leydig. Ce qui aboutit ? la formation de la testost?rone qui remplit trois fonctions dans l'organisme : 1- Elle est d'une part responsable du caract?re plus ou moins marqu? des particularit?s masculines secondaires (syst?me pileux plus important, apparition de la barbe, voix plus grave, production sup?rieure de glandes s?bac?es, d?veloppement du p?nis, agressivit?, comportement sexuel, libido, etc.) et de la maturation des spermatozo?des. L'on consid?re ?galement ces divers points comme faisant partie de la fonction androg?nique de la testost?rone. la diff?rence entre hommes et femmes repose sur la quantit? de testost?rone que chacun des deux sexes produit chaque jour. Les hommes produisent quotidiennement entre 4 et 10 mg de testost?rone, alors que les femmes n'en produisent qu'entre 0,15 et 0,4 mg. 2- Elle favorise en outre la biosynth?se des prot?ines. Les propri?t?s fortement anabolisantes de la testost?rone jouent ici un r?le de tout premier plan. Celles-ci entra?nent un accroissement rapide de la musculature, une formation accrue des globules rouges, une r?g?n?ration plus facile ainsi qu'un r?tablissement moins long en cas de blessure ou de maladie, l'ensemble du m?tabolisme est stimul? et les graisses sont ?limin?es plus rapidement. 3- Elle entra?ne enfin un ralentissement du fonctionnement du cycle gonadique. Celui-ci comprend l?axe hypothalamus-hypophyse-testicules, lequel r?gle la quantit? de testost?rone produite dans l'organisme. Lorsque la concentration de testost?rone dans le sang est importante, les testicules donnent l'ordre ? l?hypothalamus de lib?rer une quantit? plus faible d?hormones lut?inisantes (FSH).L?hypophyse distribue ainsi moins d?hormones gonadotropes et de FSH. En cons?quence. les cellules de Leydig, qui se trouvent dans les testicules, r?duisent la production de testost?rone. Il est int?ressant de noter que l??stradiol, l'hormone sexuelle de la femme, exerce, elle aussi, une influence non n?gligeable sur le fonctionnement du cycle gonadique. De faibles quantit?s de cette hormone ont ainsi un effet inhibant sur l?hypothalamus, ce qui comme nous venons de le voir le entra?ne une baisse de la production de testo. Cette caract?ristique se d?veloppe notamment lorsque les culturistes utilisent des st?ro?des se convertissant facilement oestrog?nes. C?est en 1955 que, pour la premi?re fois, une ?quipe de scientifiques a r?ussi ? isoler de la testo provenant de testicules de taureaux et l'a cristallis?e. Dans les ann?es 40, on a produit en Europe de grandes quantit?s de testost?rone injectable afin d'acc?l?rer le processus de r?tablissement chez les sujets souffrant de sous-alimentation, notamment les prisonniers de guerre. Il est probable qu'? la m?me ?poque les soldats allemands utilisaient, eux aussi, la testo afin d'augmenter leur agressivit?. A la fin des ann?es 40, les halt?rophiles russes d?couvrirent que leurs performances augmentaient gr?ce ? la testost?rone exog?ne, ce que tendent ? prouver les records qui, ? cette ?poque, tombaient les uns apr?s les autres.
QUELQUES G?N?RALIT?S SUR LES ST?RO?DES
Les donn?es actuelles font que chacun, ou presque, associe imm?diatement le terme st?ro?des aux anabolisants st?ro?diens, plus connus sous le nom d'anabolisants. On oublie alors tr?s souvent que ce que l'on appelle st?ro?de, n'est en fait qu'un terme g?n?rique regroupant diff?rents st?ro?des hormonaux repr?sent?s par les hormones corticosurr?nales (glucocortico?des et min?ralocortico?des), les hormones sexuelles de la femme (oestrog?nes et progest?rones) ainsi que les hormones sexuelles de l'homme androg?nes). C'est de ces derni?res qu'il sera exclusivement question par la suite (le terme st?ro?des figurant sans autre description, se rapporte au groupe des anabolisants st?ro?diens ? composante androg?nique). Les anabolisants st?ro?diens ? composante androg?nique sont des compos?s synth?tiques pr?sentant de nombreuses affinit?s avec la testost?rone androg?ne naturelle de l'homme. On les d?finit donc comme des d?riv?s synth?tiques de la testost?rone. La raison principale qui a pouss? les scientifiques ? d?velopper ces st?ro?des ?tait de trouver une pr?paration poss?dant les m?mes effets anabolisants que la testost?rone, sans toutefois avoir les aspects n?gatifs de ses composantes fortement androg?niques. ? Nous avons ?norm?ment travaill? afin de d?velopper un anabolisant pur, sans effets secondaires androg?niques, pour ce faire. nous sommes intervenus directement sur la mol?cule st?ro?dienne ? (citation extraite de Doping - verbotene Arzneimittel im Sport, p. 51, Dirk Clasing, Manfred Donike, etc...). Les nouveaux st?ro?des ainsi obtenus se caract?risaient soit par une perte d'efficacit? accompagn?e d'une baisse de l'action anabolisante et androg?nique, soit par une augmentation de leur efficacit?, apr?s que les composants ? la fois anabolisants et androg?niques ont ?t? renforc?s. Dans bien des cas, les nouvelles structures entra?n?rent une androg?nisation encore plus importante mais une r?duction de l"activit? anabolisante.   Cela explique les diff?rences parfois tr?s importantes que l'on constate dans l'action, les effets secondaires ainsi que l'efficacit? des st?ro?des courants. N?anmoins, il n'a pas ?t? possible d??tablir un anabolisant pur, c'est-?-dire de s?parer compl?tement les effets anabolisants des effets androg?niques. C'est pourquoi un st?ro?de anabolisant entra?ne ?galement certains effets androg?niques tout comme un st?ro?de androg?nique poss?de certaines propri?t?s anabolisantes. Ainsi, pour d?velopper rapidement force et masse musculaires, il suffirait d?associer un st?ro?de fortement anabolisant et une androg?nisation minimale? Cela n'est pas tout ? fait exact car le terme st?ro?de anabolisant ne donne aucune information sur la puissance des effets anabolisants Il indique uniquement que le rapport anabolisant/androg?ne du st?ro?de de d?part, la testo, a ?t? d?plac?. Afin de d?finir ce rapport et donc de classifier tel ou tel st?ro?de comme a anabolisant ou comme androg?ne, on utilise la testo comme param?tre. Les st?ro?des poss?dant moins de propri?t?s androg?niques que cette derni?re, sont d?finis comme anabolisant st?ro?diens. Ceux dont les propri?t?s androg?niques sont ?gales ou sup?rieures sont appel?s st?ro?des androg?nes. Mais o? est donc le probl?me? Il est en fait tr?s simple : la r?duction des effets androg?niques s'accompagne d'une perte de l?activit? anabolisante. Un anabolisant poss?de donc des propri?t?s nettement moins androg?niques que la testost?rone, mais moins anabolisantes ?galement, ce qui entra?ne des effets moins importants.

Les st?ro?des d?veloppant la masse musculaire proviennent exclusivement du groupe des st?ro?des androg?niques et poss?dent des propri?t?s ? la fois androg?niques et anabolisantes, le meilleur androg?ne, c?est-?-dire la testost?rone, est en m?me temps l'anabolisant le plus important chez l'homme. L'athl?te se retrouve alors en plein dilemme, car les st?ro?des androg?nes sont ? la l'ois les plus efficaces et les plus dangereux. D'ou la r?gle suivante : plus un st?ro?de est efficace, plus il est androg?nique et donc dangereux pour l'organisme. Le reproche que l'on fait tr?s souvent aux anabolisants st?ro?diens en les accusant de provoquer des dommages lourds de cons?quences a ?t? quelque peu amplifier. En revanche il est important de souligner que la plupart des effets secondaires sont surtout caus?s par des st?ro?des androg?nes. Ainsi une g?n?ralisation du type ? les st?ro?des sont mauvais pour le foie ? ne veut pas dire grand chose ?tant donn? les diff?rences entre les st?ro?des existants.

   
C?est au d?but des ann?es 50 que les premiers anabolisants st?ro?diens ? composante androg?nique font leur entr?e officielle sur le march?. 10 ans plus tard, la plupart des pr?parations que l?on trouve aujourd?hui ?taient d?j? disponibles. La proportion des st?ro?des nouvellement d?velopp?s ?tait tr?s faible, ces pr?parations peuvent ?tre consid?r?es comme des m?dicaments relativement anciens. Bien entendu, quelques innovations et modifications ont eu lieu tout au long de ces ann?es : de nombreux st?ro?des furent, par exemple, retir?s du march?, d'autres ont ?t? r?introduits ailleurs sous un nom g?n?rique, quelques produits nouveaux se sont ajout?s ? la liste dans les ann?es 80, mais aucune d?couverte nouvelle ou r?volutionnaire n'a v?ritablement marqu? la recherche. Pourtant, les st?ro?des sont consid?r?s, aujourd?hui encore, comme le moyen le plus efficace d'am?liorer les performances sportives. Les st?ro?des ont d?j? fait leur entr?e clans le monde du sport dans les ann?es 50. L?introduction du Dianabol, un st?ro?de oral d?couvert en 1956 par le m?decin de l'?quipe am?ricaine d'halt?rophiles, le docteur John Ziegler, en collaboration avec les laboratoires pharmaceutiques CIBA, devait jouer un r?le de premier plan dans les premiers liens se nouant entre les st?ro?des et le sport. Cette pr?paration et les produits qui en d?coulent eurent un franc succ?s ? la fin des ann?es cinquante, tout d'abord chez les halt?rophiles puis, par la suite, dans de nombreux autres sports. L'utilisation des st?ro?des a augment? dans les ann?es soixante et soixante-dix en raison du d?veloppement du Bodybuilding. Les athl?tes f?minines en consomm?rent elles aussi de plus en plus. En 1974, le CIO d?cida d?inscrire les anabolisants sur la liste des produits dopants, et c'est aux JO de Montr?al, en 1976, que l'on assista aux premiers contr?les antidopage. On assiste actuellement ? une diffusion consid?rable de ces m?dicaments. Comme le confirme d'ailleurs Melvin H. Williams ? les anabolisants st?ro?diens forment un groupe de m?dicaments dont la consommation, dans les milieux sportifs, a pris des dimensions consid?rables. On suppose que plus d'un million d'Am?ricains utilise des anabolisants st?ro?diens. Ce nombre comprend, entre autre, des sportifs et sportives de tous ?ges, du professionnel averti ? l??colier en pleine pubert?. Les st?ro?des ne pouvant ?tre obtenus que sur ordonnance on assiste ? l?implantation d?un march? noir tr?s florissant?.La popularit? grandissante du bodybuilding explique en partie l?augmentation croissante de la consommation des anabolisants st?ro?diens androg?niques. Il appara?t clairement que le bodybuilding est en ?troite relation avec la propagation des st?ro?des. en effet, l?utilisation des st?ro?des a augment? parall?lement ? la popularit? du bodybuilding. Lorsque, dans les inn?es 70, le bodybuilding a commenc? a ?tre connu, on a ?galement d?couvert l?usage des st?ro?des. Au cours des ann?es 80, lorsque le bodybuilding est entr? dans la cat?gorie des sports de masse, c'est le grand public qui a d?couvert les st?ro?des.   Tant qu?un corps muscl? sera consid?r? comme une r?f?rence et qu?il n?existera pas d?alternative naturelle efficace rempla?ant les anabolisants st?ro?diens ? composante androg?nique, les athl?tes continueront ? faire usage des produits pharmaceutiques. 

Le succ?s r?cent du Clenbuterol montre bien que les athl?tes n'utilisent que ce qui peut leur permettre d'atteindre leurs objectifs plus rapidement. Si les hormones de croissance disponibles ? un prix raisonnable, elles seraient tout aussi largement diffus?es que les st?ro?des. Malgr? tout, les st?ro?des ne sont pas un rem?de miracle, leur efficacit? d?pend ?galement d?autres facteurs tels que l'entra?nement, l?alimentation, le psychisme et les pr?dispositions g?n?tiques de chacun. En effet de ceci d?pend la mani?re dont l?organisme de l?athl?te r?agira ? la prise d?anabolisants st?ro?diens et comment il les supportera.  
MODE D'ACTION DES STEROIDES
La physiologie des anabolisants st?ro?diens ? composante androg?nique ?tant particuli?rement complexe, il est impossible de pr?senter ici une description pr?cise de touts les processus biochimiques intervenant dans l'organisme lors de l'utilisation de ces pr?parations. Les st?ro?des sont administr?s par voie orale ou intramusculaire. Lorsqu?il est inject?, le principe actif parvient directement dans le sang, alors que les comprim?s sont v?hicul?s par le tube digestif jusqu'au foie, qui les ?limine compl?tement ou partiellement, ou encore les transf?re dans le sang. Le st?ro?de utilis? se pr?sente alors sous la forme d?innombrables mol?cules circulant dans tout l'organisme. Chaque mol?cule transporte un message, c'est-?-dire une information destin?e ? certaines cellules du corps bien pr?cises. Les parois de ces cellules sont pourvues de multiples r?cepteurs, dont l'un, le r?cepteur de st?ro?des, est largement repr?sent? dans les cellules musculaires. Ces r?cepteurs de st?ro?des s'adaptent parfaitement aux mol?cules st?ro?diennes. Les r?cepteurs et les mol?cules ont un important degr? d'affinit?, un peu comme une clef qui s'adapte ? la bonne serrure. Le r?cepteur de st?ro?diens capte donc la mol?cule qui lui convient, la mol?cule st?ro?dienne, et laisse passer toutes les autres. Il en va de m?me pour tous les autres types de r?cepteurs qui attendent une mol?cule diff?rente de celle du st?ro?de. La mol?cule ne peut transmettre son message a la cellule musculaire qu'une fois associ?e au r?cepteur de st?ro?des. Il faut toutefois noter, ? ce stade, qu'une grande partie des mol?cules st?ro?diennes se sont d?j? associ?es, dans le sang, ? des prot?ines de fixation (SHBG = globuline de fixation de l'hormone sexuelle). Nous dirons, pour simplifier que presque 98% des mol?cules st?ro?diennes pr?sentes dans le sang s'associent ? des prot?ines de fixation et que seuls 1 ou 2% de ces mol?cules restent ? l??tat libre. Dans ce dernier cas, on parle de mol?cules actives, car ce sont les seules pouvant s'associer aux r?cepteurs et former ainsi le complexe st?ro?de-r?cepteur. Les mol?cules fix?es sur la SHBG, quant ? elles, sont des mol?cules passives, car elles ne pr?sentent aucun int?r?t pour les cellules musculaires. Pour ?tre tout ? fait exact, il faut rappeler que le processus de fixation de la SHBG est plus ou moins prononc? selon les st?ro?des. Les % cit?s plus haut peuvent donc ?tre soumis ? de l?g?res variations.



Le complexe st?ro?de-r?cepteur circule ? pr?sent dans le noyau de la cellule (nucleus). Il s?associe alors ? l'acide nucl?ique pr?sent dans l'ADN. Une transcription intervient sous la forme d'une empreinte effectu?e ? partir de l'ADN. L?ARNm obtenu quitte alors le noyau de la cellule et se combine ? l?ARN pr?sent dans le cytoplasme (partie liquide de la cellule). Cela engendre par translation, une augmentation de la synth?se prot?ique. Associ? ? un entra?nement lourd intensif, ce ph?nom?ne s?accompagne d'une hypertrophie transversale de la cellule musculaire (hypertrophie du muscle). Bien que l'augmentation de la synth?se prot?ique soit consid?r?e comme l'action principale des st?ro?des sur les cellules musculaires, la mol?cule st?ro?dienne transmet ? celles-ci d?autres informations tr?s importantes pour l'athl?te. Les st?ro?des semblent ?galement d?velopper une action anti-catabolisante prononc?e. Cela permet de r?duire la proportion dans laquelle les prot?ines sont ?limin?es par l?interm?diaire des cellules musculaires. Les mol?cules st?ro?diennes occupent les r?cepteurs ? la cortisone situ?s sur la membrane des cellules et les bloquent. La cortisone, une hormone fortement catabolique (d?gradante) produite par l?organisme ne peut donc pas d?velopper son action, et les cellules musculaires peuvent conserver toutes leurs prot?ines. Les st?ro?des pr?sentent ?galement l'avantage d'augmenter la synth?se de cr?atine phosphate (PCr). La PCr a une importance capitale dans le processus de reconstitution de l?ATP. L'ATP est ? la base de toutes les contractions musculaires, car il constitue le carburant dont ont besoin les muscles pour travailler. L'ATP est stock? dans les cellules musculaires et est, le cas ?ch?ant, convertie en ADP. Ce ph?nom?ne lib?re l??nergie n?cessaire a la contraction d'un muscle. La PCr est essentiel ? la reconversion de l'ADP en ATP. Plus la quantit? de PCr disponible est importante, puis le processus de reconversion sera rapide, ce qui permettra aux muscles de disposer d?une plus grande quantit? d?ATP. Dans la pratique cela signifie que les athl?tes enregistreront une augmentation de leur force mais non de leur masse musculaire. Ceux qui ont d?j? utilis? le st?ro?de Oxandrolone ont pu remarquer que cette pr?paration permettait surtout d?augmenter sa force. Cela est du ? l?importante action stimulante qu'exerce l'oxandrolone sur la PCr dans les cellules musculaires. Un autre facteur positif pour l?athl?te est le stockage, par les st?ro?des, d'une plus grande quantit? d?hydrates de C sous la forme de glycog?ne. Ce processus s'accompagne d?une plus grande r?tention de liquide, ce qui se traduit par une augmentation de volume d'endurance et de force. En outre, les st?ro?des r?duisent la lib?ration endog?ne d?insuline, car les cellules musculaires, de par l?utilisation de ces pr?parations sont ? m?me d'enregistrer une plus grande quantit? de substances nutritives (hydrates de C sous la forme de glucose et prot?ines sous forme d?acides amin?s) sans d?pendre de l?insuline. Cela diminue le taux de lipides de l'athl?te et am?liore sa fermet? musculaire. L?insuline, outre sa propri?t? d'?tre une hormone particuli?rement anabolisante, permet en effet de convertir le glucose en glyc?rol puis en triglyc?ride, ce qui conduit ? une croissance des adipocytes.

Ceux qui connaissent les st?ro?des savent que ces derniers am?liorent nettement l'effet de congestion du muscle concern?. Ce ph?nom?ne s'explique pair l'augmentation du volume sanguin et des globules rouges dans le sang. Le muscle se gonfle et sa vascularisation augmente. L'apport de sang permet, outre ses avantages un apport plus important des substances nutritives vers les cellules musculaires. Les st?ro?des fortement androg?niques notamment (dianabol, testost?rone, et surtout anapolon) augmentent le volume de sang de fa?on significative et s'accompagnent d'un effet de congestion consid?rable, allant m?me jusqu?? ?tre douloureux. L'augmentation de l'apport en oxyg?ne est souvent tr?s appr?ci?e par les coureurs de fond. Lorsque le complexe st?ro?de-r?cepteur a rempli sa t?che, la mol?cule st?ro?dienne retourne dans le sang. Elle peut alors ?tre r?utilis?e aux m?mes fins, ou convertie en une mol?cule moins puissante et moins efficace, pour ?tre finalement ?vacu?e par l'urine. Une fois l'apport exog?ne effectu?. les mol?cules st?ro?diennes contenues dans le sang ne se pr?sentent pas toutes sous forme de mol?cules passives ou actives. Certaines d?entre elles sont directement m?tabolis?es et ?limin?es par l'organisme: d'autres sont transform?es en oestrog?nes (hormone sexuelle de la femme). Ce dernier ph?nom?ne se caract?rise par une modification des composants de la substance et para?t, ? premi?re vue, tout ? fait incompr?hensible. Si l'on observe attentivement la structure de l'hormone sexuelle m?le la testost?rone, et de l'hormone sexuelle femelle l??stradiol, on remarque cependant une certaine similitude entre les deux. Gr?ce aux enzymes, l'organisme peut ais?ment modifier la structure de ces mol?cules. Quelques mol?cules st?ro?diennes se transforment tout comme une partie de la testost?rone endog?ne et exog?ne, en dihydrotesto (DHT). La DHT est certes plus proche des r?cepteurs des cellules musculaires que la testost?rone, ce qui fait croire ? certains experts que la DHT est la plus efficace des deux hormones, mais elle pr?sente ?galement un important facteur de fixation aux r?cepteurs des glandes s?bac?es et des follicules pileux. Il est int?ressant de noter ici que la DHT ne peut se convertir en oestrog?nes. Mais apr?s un certain temps toutes ces mol?cules sont finalement ?limin?es ? travers l?urine.  


Article propos? par Seb : http://www.preparation-physique.net








Copyright © de BODYSCULT Tous droits réservés.

Publié le: 2002-11-28 (63654 lectures)

[ Retour ]
Tous les logos et marques sont des Propriétés des auteurs. Musculation, Forum Musculation, Exercices Musculation, Forum fitness...

Page générée en: 0.21 Secondes

:: Thème du Forum Musculation : fisubsilver phpbb2 ::